Daniel Girardet

Ce dernier jeudi de l’Ascension, le ciel, pourtant radieux ce jour-là, nous est tombé sur la tête. Daniel Girardet, membre de notre aéroclub, a perdu la vie lorsque l’avion dans lequel il se trouvait a eu un accident à Gland peu après son décollage de l’aérodrome de la Côte.

Cet aérodrome, c’était un peu le sien, puisqu’il y était le chef de place. Un chef de place efficace, apprécié et respecté par tous les pilotes pour ses compétences, sa disponibilité et la bienveillance avec laquelle il savait si bien accomplir sa fonction.

Daniel était aussi l’instructeur vers qui tant d’entre-nous se dirigeaient pour une formation, un vol de contrôle ou simplement une question. Il n’est pas un pilote de l’aéroclub à qui il ne manque pas déjà pour l’expérience, fruit d’une vie professionnelle dédiée à l’aviation, qu’il savait si bien partager.

Daniel, enfin, c’était l’artiste-pilote que toute la région aura eu le privilège d’observer, parfois d’accompagner, lorsqu’il évoluait aux commandes de son autogyre rouge ou du « Baron Jaune », ce biplan historique qu’il affectionnait tant. Sûr qu’on pensera encore longtemps à lui à chaque fois qu’on verra évoluer l’avion dans le ciel.

L’autre Baron de la place, c’était lui. Nous sommes immensément tristes d’avoir perdu un ami.

Dans ces moments difficiles, nos pensées vont vers ses filles Valérie, Sylvie, Laure et Sara, ses frères Charly et Michel, et tous les membres de sa famille, que nous assurons de notre sympathie profonde et attristée.

Le comité – Alessia, Daniel, François, Frédéric, Marcel, Pierre-Alain et Valentin


Tu es parti beaucoup trop vite laissant un très grand vide à l’aérodrome de Prangins et une énorme tristesse. Tu nous manque déjà, tu seras tjrs dans nos ?. Nous pensons à ta famille. Quand je volerai autour des nuages je te ferais un signe. le cuicui amitié
Charles U.


Une fois que vous aurez goûté au vol, vous marcherez à jamais les yeux tournés vers le ciel, car c’est là que vous êtes allés, et c’est là que toujours vous désirerez ardemment retourner.” Léonard de Vinci
Ton regard bleu lumineux a toujours été bienveillant, nous a accompagné dans chacun de nos mouvements et restera gravé dans notre cœur pour toujours. Nous avons partagé des moments magnifiques, nous avons beaucoup ri, refait le monde et partagé notre passion aussi bien dans les airs qu’autour d’un repas simple. Daniel, merci d’avoir été présent dans nos vies pendant toutes ces années. Nous gardons ce visage malicieux au plus profond de nous et continuerons à grandir avec toi. Bon voyage l’ami !
Marc & Sophie


J’ai eu la chance et le privilège de voler avec Daniel jusqu’au sud du Maroc en 2010. J’ai appris tellement à son contact durant cette incroyable aventure aéronautique et depuis à Prangins. Daniel a toujours été de bons conseils, à me pousser quand j’étais hésitant et à me retenir quand je me prenais trop au sérieux. Un homme droit et profondément humain, toujours à l’écoute et presque toujours de bon humeur. Daniel tu vas me manquer
Antoine


Faire un vol ou parler de nature ou des nuages avec Daniel était en enrichissement permanent. J’ai beaucoup appris de lui.
Gérald


Daniel Girardet a sillonné les cieux du vaste monde en long et en large dans à peu près tout ce qui est capable de voler, des Mirages III des Forces Aériennes Suisses aux Airbus de Swissair. Ce désir de voler, une seconde nature chez lui, il le cultivait déjà tout petit: “A cinq ans, je savais que je voulais voler”. Un jour, alors que je lui faisais part de mon admiration devant une telle passion jamais démentie, il me répondit avec son habituel humour pince sans rire: “Ben, j’ai encore jamais vu des oiseaux qui en avaient marre de voler”. Laissez-moi vous dire que des personnes comme Daniel, ce sont des gens tout simplement formidables.
Jean Bourdiau


Daniel va manquer à tellement de gens ! Il fut quelqu’un d’admirable qui aura vécu pleinement. J’adresse toutes mes condoléances à sa famille et ses proches. Daniel, tu es dans mes pensées et mes prières, en souhaitant de tout cœur que tu reposes en paix et que tu continues à voler sous de meilleurs cieux.
Gerardo Mesias


Mon cher Daniel, Je te remercie, grâce à ton parrainage, de m’avoir permis d’intégrer le groupe des « Buckeristes ». Je n’ai jamais oublié tes précieux conseils lors du vol de prise en main, c’était un lumineux 10 avril 2007. Tu étais plus qu’un pilote, tu étais un Aviateur…Parce qu’un aviateur, c’est un pilote qui a une âme ! Repose en paix et bon vol
Philippe Chandelle


Après tant d’années de collaboration, nos vols avec le HB-EEI, nos partages de repas, nos rires et les autres agréables moments passés ensemble, tu vas me manquer. Je te remercie pour ton travail en tant que chef de place, j’ai toujours pu compter sur toi pendant toutes ses années. Tu t’es envolé parmi les cieux. Bon voyage.
Elisabeth Z


Chère Famille de Daniel,je n’ai pas les mots pour vous dire ce que ce tragique accident nous affecte.Mes contacts avec Daniel ont été amical et enrichissantes à chaque rencontres. Veuillez recevoir, chère Famille ma sympathie et mes plus sincères condoléances.
Pierre Miaz


Daniel… Je suis infiniment triste. Sur ces ailes qui t’ont envolé une dernière fois tu emportes avec toi l’âme de cet aérodrome et celle de la belle époque de l’aviation. Merci pour tous ces beaux moments en l’air ou au sol. En pensées avec ta famille et tes proches. Bon vol l’ami. Je t’embrasse fort.
Hélène


S’il y a un pilote qu’on croyait éternel c’est bien Daniel. Sa disparition parait tellement irréelle. Daniel était un homme de bon sens, privilégiant l’intérêt général et voyant loin, protégeant notre petite aviation attaquée de toutes parts. Il transmettait sa passion du vol à d’autres pilotes mais aussi au public néophyte à qui il ouvrait grandement les portes de l’aérodrome. Je me souviendrai toujours du jour où Daniel m’avait accueilli chaleureusement à Prangins. Daniel était une référence, un pilier. Sa disparition nous plonge dans une grande tristesse. Nous pensons à sa famille et ses proches.
Patrice, Karine, Rafael L.


Que ton dernier décollage t’emporte vers ce ciel si bleu si majestueux. Adieu l’ami
C.R.


Humour, rigueur, disponibilité, libre-penseur, partage, expérience, attentif, fonceur, confiant, pragmatique, plaisir de vivre, le tout avec juste ce qu’il faut de modestie et de pudeur. Cocktail rarissime sinon improbable. Irremplaçable en tout cas. Chouette d’avoir eu le privilège que nos trajectoires de vie se croisent pour un trop bref moment. Salut et merci Daniel !
François Krull


J’avais 16 ans quand j’ai pour la première fois entendu parler de Daniel. Je me préparais aux examens IAP pour réaliser mon rêve; devenir pilote. C’était en 1977. C’est alors qu’un malheureux accident des forces aériennes a défrayé la chronique. Les pilotes ont pu s’éjecter et sauver leur vie. C’étaient des héros pour le jeune homme que j’étais. Je ne me doutais pas encore que mon chemin me mènerait un jour dans les même locaux d’escadrille qu’avait fréquenté Daniel à l’époque, et sur les mêmes sièges éjectables. J’ai découvert le visage d’un de mes héros dans les chroniques de l’escadrille 17 que je pouvais alors librement consulter. Plus tard j’ai eu l’occasion d’être son copilote sur vol long courrier à Swissair. J’ai beaucoup aimé voler avec lui: une ligne claire et droite, un professionnalisme de haut niveau et une grande confiance en ses collaborateurs. Plus récemment lors de passages occasionnels à l’aérodrome de Prangins, je le retrouvais avec plaisir pour échanger quelques mots aéronautiques avant ou après un vol. Et l’humour était toujours au rendez-vous. Son départ est une grande perte pour la communauté des pilotes, elle perd un des membres les plus expérimentés que nous ayons eu en Suisse. J’adresse, dans ce moment de tristesse, mes sincères condoléances à sa famille ainsi qu’à ses proches. A Daniel j’adresse un ultime “à la chasse …”
Andreia Uffer


Grande tristesse, profond respect pour un vrai de vrai.
François T.


Daniel, Je suis heureux d’avoir put être l’un de tes élèves. Nous avons partagé beaucoup de vol ensemble, cependant s’il devait n’en ressortir qu’un, c’est celui de mon lâché. Le jour de mes 18 ans sur le gazon d’Yverdon dans le vaillant Piper Cub, lors du troisième atterrissage, sous ton regard, le cheval de bois ! … heureusement sans gravité. En remontant la taxiway tout penaud et tremblotant, attendant une belle engueulade, je t’ai retrouvé hilare. Après un bon briefing de l’incident et tes explications, je suis reparti faire quatre tour de piste, le début d’une longue et belle série grâce à toi et ton enseignement. Je ne te remercierai jamais assez pour tout ce que tu as partagé avec moi et cette passion pour le vrai pilotage que tu m’as inculquée.
Florian Sterchi


En ces moments difficiles, le seul mot qui me vient à l’esprit est merci. Merci d’avoir été un super chef de place, merci pour tes conseils justes et avisés. c’était toujours un plaisir de te retrouver sur le terrain. Je me réjouissais de commencer ma transition Bucker avec toi… Ce bel aérodrome ne sera plus le même sans toi mais nous tacherons de garder le cap en ton honneur. De la part d’un ancien chasseur également
Gilles Vallée


Daniel, c’était… je ne sais même pas par où commencer tant il cumulait les qualités. Daniel, c’était la disponibilité, la compétence, les compétences, l’autorité sur la place, l’opposition aux autorités (juste ce qu’il fallait), la facilité là où l’on croyait que c’était compliqué, la discussion technique puis soudain il te racontait une biographie qu’il lisait sur une femme qui n’avait rien à voir avec l’aviation, les coups de fil passés pour éviter une sanction à un pilote d’hélico qui avait oublié de clôturer son plan de vol, le fou rire après le passage des douaniers venus à trois pour une boîte de confit de canard… “La grandeur d’un métier est avant tout d’unir les hommes ; il n’est qu’un luxe véritable et c’est celui des relations humaines.” Antoine de St-Exupéry
Olivier, pour les copropriétaires du “Kroki” 2361


Daniel, que va-t’il te manquer pour ce grand voyage ? Certainement déjà l’immense plaisir que tu avais à faire voler d’année en année ces enfants handicapés ; tu te réjouissais déjà bien à l’avance de voire dans leurs yeux le plaisir que tu leurs procurais. Plaisir et joie que tu as fait partager à tellement de personnes. Plaisir de faire plaisir. Docteur de l’âme pour les dépressifs. Et nous comment allons-nous nous passer de tes encouragements et de tes conseils toujours judicieux donnés dans la bonne humeur et l’esprit de partage. Daniel tu nous manques.
Christian F.


Ma première interrogation en arrivant à Prangins était toujours de savoir si Daniel était présent ou non… C’était à coup sûr l’occasion d’échanger un amical « salut » avec son regard malicieux, souvent caché derrière ses Ray-ban ! Toujours disponible, amusant, passionné et si compétent. Merci Daniel de nous avoir appris les rudiments d’un Traîne-queues; on continuera à expérimenter, mais ton regard précieux nous manquera !
Mathieu Wanner


Cher Daniel, c’est le cœur lourd que nous écrivons ces quelques lignes. Tu as été un animateur formidable de cet aérodrome, un instructeur passionné qui savait retenir ce qui était nécessaire pour voler. Attentif à notre sécurité, tu as toujours donné des conseils utiles et de bon sens. Alors, c’est un grand merci que nous t’adressons pour ces belles années. “Pilots don’t die, they just fly higher”
Loraine et Gilles


Cher Daniel, c’est toi qui m’a fait découvrir la fascination du vol en autogire. A peine posé suite à notre premier vol dans ton superbe Magni rouge, visage au vent, je me suis inscrit pour suivre la formation et il n’est désormais plus un vol en gyro qui ne se passe sans que je pense à toi et à tous les excellents conseils que tu m’as donnés. Je me souviens également de nos vols en IFR avec atterrissage aux minimums à Biggin Hill, à notre petite escapade à Friedrichshafen, toujours dans une ambiance chaleureuse et passionnée. Tu étais LA figure de Prangins, toujours disponible, pragmatique et bienveillant. Tu vas tellement nous manquer…
Frédéric Vuilleumier